samedi 1 novembre 2014

Dutch Baby Pancake aux framboises au chocolat blanc et à la menthe… un pancake géant nommé plaisir ???

Il y a des mauvais moments pour tout et même pour les instruments culinaires…
Tiens prenez une sauteuse par exemple, passez-la au feu avec plein de beurre dedans, puis de pâte, jetez-la ensuite au four chaud comme la braise, laissez son contenu gonfler gonfler, remonter le long de ses parois brûlantes et quand c'est prêt monté comme un soufflé, croustillant comme une gaufrette et moelleux comme un bidon d'ours blanc à l'approche de l'hiver…. Demandez-lui de déposez son contenu avec délicatesse, sans s'attacher parce que un dutch baby pancake ça n'attend pas !

Prenez une sauteuse et proposez-lui ce programme et vous en verrez plus d'une se sauver de peur de finir brulée, collée, bouillue, foutue ! Et pourtant c'est ce que j'ai proposé à une toute nouvelle venue chez moi, une sauteuse Cristel, une sauteuse au fond épais qui va parfaitement répartir la chaleur et qui a des poignées malines que l'on va pouvoir enlever pour la passer au four. C'est ce que je lui ai proposé et il n'y a qu'à voir le résultat pour savoir si le test a été passé et passé haut la main…
Dutch Baby Pancake aux framboises, au chocolat blanc et à la menthe
Ingrédients : 90g de beurre – 110g de lait – 120g de farine – 2 œufs moyens – 1 pincée de sel – 120g de chocolat de chocolat blanc – 120g de framboises – 1 vingtaine de feuilles de menthe
Hachez le chocolat au couteau.
Mélangez dans un saladier le lait, la farine, les œufs, le sel et 30g de chocolat.
Mettez le beurre dans la sauteuse (attention si vous n'utilisez pas une sauteuse Cristel vérifiez qu'elle peut passer au four !).
Placez-la à feu vif. Dès que le beurre est fondu, retirez du feu et versez la pâte au centre de la poêle… ça nage avec bonheur dans le beurre c'est normal ! Mais vous allez voir que ça gonfle, ça gonfle, ça gonfle…
Enfournez alors dans un four préchauffé à 220° et faites cuire pendant 15 à 20 minutes en surveillant bien, attention ça brûle sans prévenir !
Pendant ce temps faites fondre le chocolat restant au micro-ondes.
Sortez du four, jetez le surplus de beurre fondu si vous servez le plat directement dans la poêle ou placez dutch baby pancake sur une assiette en vous débarrassant du beurre au passage.
Parsemez les framboises et les feuilles de menthe sur le pancake puis nappez généreusement avec le chocolat fondu et surtout mangez sans attendre ! 
A propos de l’entreprise Cristel
Cristel une aventure humaine qui commence en 1826 lorsque Frédéric Japy construit l’usine de Fesches le Châtel en Franche-Comté pour la fabrication de casseroles en fer battu puis en email. Les guerres, les conflits sociaux et l’arrivée de la matière plastique seront fatales pour Japy qui ferme ses portes en 1981.
La volonté de quelques ouvriers et employés va permettre une reprise d’activité chaotique en coopérative ouvrière sous la marque Cristel et ainsi développer des accessoires de cuisine innovants.
La reprise en SA par le couple Dodane et associés en 1987 sera déterminante pour l’avenir de Cristel grâce à une orientation du haut de gamme et la création du concept à poignée amovible « Cook and serve ». Pari réussi puisque cela fait plus de 20 ans que cette aventure se poursuit avec pour motivations premières l’innovation et le made in France.

Article sponsorisé


Mais pourquoi, je me demande comment on a pu appeler aussi Bismarck une chose aussi délicate… est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 31 octobre 2014

Le vendredi c'est retour vers le futur… Cake pop rocailleux chocolat et chocolat en détail !

Demain et après demain je serai de nouveau au Salon du Chocolat à faire des petites tablettes avec vous si vous passez par là. Et doué comme je suis, je pense que je vais sans doute finir le week-end couvert de chocolat de la tête aux pieds ! 

Alors comme il n'y a pas de raison que je sois le seul à finir comme ça, je me suis dit qu'une recette très très chocolat extraite de mes archives, c'était exactement ce qu'il fallait pour ce retour vers le futur et pour que, vous aussi, vous puissiez jouer avec du… chocolat !!!
Le cake pop rocailleux chocolat et chocolat
Ingrédients :
Pour le cake : 120 g de beurre mou - 120 g de sucre de roux en poudre - 150 g de farine - 2 gros œufs – 1càc de levure chimique - 80g de chocolat praliné - 40g de pralin en grain
Pour faire les boules : 80 g de mascarpone - 40g de chocolat praliné
Pour couvrir les cake pops : 200 g de chocolat praliné - 90 g de noisettes concassées
Des piques à brochette ou des bâtons de sucette.
Commencez par faire le cake, vous pouvez le faire à l'avance, même la veille.
Mettez le beurre et le sucre dans un saladier et battez-les bien.
Faites fondre le chocolat praliné pour le cake et ajoutez-le dans le saladier, mélangez.
Ajoutez les œufs en battant à chaque fois pour bien les incorporer.
Tamisez la farine et la levure au dessus du saladier, ajoutez le pralin et mélangez le tout une dernière fois.
Beurrez un moule à cake, vous pouvez aussi utiliser du papier sulfurisé. Versez la pâte dans le moule et faites cuire pendant une vingtaine de minutes. Laissez complètement refroidir.
Cassez le cake en gros morceaux puis passez-le au mixeur jusqu'à le réduire en miettes très fines.
Versez les miettes de cake dans un saladier, ajoutez le mascarpone et le chocolat que vous aurez fait fondre avant. Tripatouillez le tout jusqu'à obtenir une pâte homogène.
Faites ensuite des boules de 25g avec cette pâte, des jolies boules bien rondes. Quand vous avez fait toutes les boules mettez-les au frais pendant deux heures.
Faites alors fondre le chocolat praliné au micro-ondes.
Trempez 1cm du pique à brochette, pas le côté piquant dans le chocolat praliné puis enfoncez-le dans la boule de pâte, puis laissez reposer au frais pendant un petit quart d'heure.
Ensuite faites fondre le chocolat pour couvrir les cakes, trempez la boule entièrement dans le chocolat, tapotez sur le bâton pour faire tomber l'excédent de chocolat.
Roulez dans les noisettes concassées puis laissez sécher, vous pouvez planter les piques sur un bloc polystyrène. Une fois que c'est bien sec, retremper dans le chocolat et laissez de nouveau sécher.

Mais pourquoi,  couvert de chocolat je n'aurai plus qu'à me faire dévorer… est-ce que je vous raconte ça…

Et voilà j'ai oublié, oublié, oublié… Tarte à la rhubarbe ou à l'oignon, celle avec les croisillons pour la 25e Battle Food … que j'ai donc oublié !

Il fallait bien que ça arrive un jour... il faut dire que je passe mes jours à me poser la même question, toujours et encore, cette question à laquelle finalement je ne trouve pas vraiment de réponse... mais qu'est-ce que j'ai bien pu encore oublier ?
Généralement quand je commence à avoir le front qui plisse, ce qui signifie que ça pédale à l'intérieur, Marie me regarde et me lâche, toi tu as l'impression que tu as oublié quelque chose ! et là elle commence à égrener la longue longue liste des choses que je pourrais avoir oubliées... Elle passe alors en revue tout ce qui pourrait brûler sur le feu, tout ce que j'ai commencé et laissé quelque part dans la maison, tous les enfants que j'aurais pu oublier... Et moi souvent je secoue la tête comme les chiens à l'arrière des voitures pour lui signifier que non non j'ai peut-être oublié tout ça mais qu'il y encore autre chose que j'ai aussi oubliée...
Le problème c'est souvent qu'il y a aussi des choses que j'ai oubliées de dire à Marie avant de les... oublier !
Et cette fois c'est pas vraiment que j'avais oublié, c'est juste que je l'avais noté sur... bon on ne va pas parler tout de suite de ma manière de noter les choses et d'organiser mes notes.... Quoi qu'il en soit j'ai donc oublié la date de la 25e Battle Food organisée par La Cantine des Cousins sur le thème de La cuisine trompe-l’œil pour laquelle je me suis dit que j'allais refaire ma tarte à la rhubarbe celle avec les croisillons… que j'avais faite il y a quelques temps presque presque de la même façon…  en espérant qu'il n'est jamais trop tard pour ne pas trop mal faire !
Tarte à la rhubarbe celle avec les croisillons…
Ingrédients pour 6 : 5 ou 6 belles tiges de rhubarbe – 2 rouleaux de pâte brisée –120g de vergeoise– 90g de crème liquide – 45g de farine – 2 œufs – 1càs d'amandes effilées légèrement dorée – 1 jaune d'œuf
Etalez votre pâte dans un moule beurré et fariné d'environ 26cm puis coupez la pâte débordant du moule. Piquez le fond de la pâte. Couvrez de papier sulfurisé puis avec des poids de cuisson ou des haricots et faites précuire pendant 6 minutes à 170°. Retirez le papier sulfurisé et ce qu'il contient et remettez au four pour 4 minutes de plus.
Coupez les tiges de rhubarbe en tronçons de la hauteur de votre moule.
Puis répartissez-les sur la pâte en les posant verticalement.
Mélangez dans un saladier la vergeoise, la crème liquide, la farine et les œufs.
Versez cette crème sur la tarte.
Coupez des bandes d'environ un centimètre de large et faites un joli croisillon sur la tarte en les attachants bien sur les bords du fond (écrasez la pâte avec le pouce pour la couper).
Badigeonnez délicatement les bandes avec le jaune d'œuf mélangé avec un peu d'eau.
Enfournez pour environ une quarantaine de minutes à 170°.
Parsemez les amandes effilées sur la tarte.
Laissez tiédir et servez.
Tarte à l'oignon celle avec les croisillons… 
Ingrédients pour 6 : 750g d'oignons – 20g de beurre - 2 rouleau de pâte brisée –120g de fromage râpé de préférence du Comté – 90g de crème liquide – 45g de farine – 2 œufs – 1càs d'amandes effilées légèrement dorées – 1 jaune d'œuf – sel et poivre
Etalez votre pâte dans un moule beurré et fariné d'environ 26cm puis coupez la pâte débordant du moule. Piquez le fond de la pâte. Couvrez de papier sulfurisé puis avec des poids de cuisson ou des haricots et faites précuire pendant 6 minutes à 170°. Retirez le papier sulfurisé et ce qu'il contient et remettez au four pour 4 minutes de plus.
Mélangez dans un saladier le fromage râpé, la crème liquide, la farine, les œufs et du poivre.
Ajoutez les oignons, mélangez et versez le tout sur la tarte.
Coupez des bandes d'environ un centimètre de large et faites un joli croisillon sur la tarte en les attachants bien sur les bords du fond (écrasez la pâte avec le pouce pour la couper).
Badigeonnez délicatement les bandes avec le jaune d'œuf mélangé avec un peu d'eau.
Enfournez pour une trentaine de minutes à 170°.
Parsemez les amandes effilées sur la tarte.
Laissez tiédir et servez.
Et si vous voulez retrouver tous les participants à cette édition n'hésitez pas, il y a de bien belles choses à découvrir !
Encore une lichette - Bistro de Jenna - Claidedo - Petits Beguins - Cook A Life by Maeva -L'atelier de Steph et Lolie - Radis Rose - Les Carnets de Sophie - La Kitchenette - Food and Cook - Cuisine moi un mouton  - Cannelle Kaneel - Cuisine Végétalienne - Cuisine 2 soeurs -Claire Alice Délice - Les casseroles de Lise - Flagrant Déli'S - Cook'n Blog - Novice en Cuisine -Et Charlotte découvrit la cuisine - Ca ne sent pas un peu le brûlé là? - Gourmande et toquée -Paruline en cuisine - Rose Philange - Cook and love - Pourquoi je grossis - Les Cookines - To fashion and Beyond - Tout simplement bon - Tinou cuisine - Fourchettes et baguettes - Aux délices de Vany - Click, cook and taste - Home made attitude - Cyrielle Gourmandise - Des recettes à gogo - Sweet mood in Paris - Le petit monde de Julie - Par faim d'arômes - Mel's way of life - La petite cuisine - Pincée de fantaisie - Douceurs Maison - Chez nous ça popote - Dorian Cuisine - Tangerine Zest - Serial Baker - Tout simplement fait maison - Petit grain de sel -Samkonait - Pause nature - Pas de chichi dans ma cuisine - Champagne 79 Cuisine d'amour - Ma cuisine à moi - Rappelle toi des mets - A la table d'Aïda - My French Bakery - Surprenez-Moi - La tasse fumante - La ligne gourmande - Les fées Maisons -Gourmandise personnelle - Tchoup' Cooking - Jenn's cooking - Milky et sa pâtisserie - La médecine passe par la cuisine - Loetitia cuisine - Petite cuillère et charentaise - Confessions de 2 foodaholic - La cuisine d'Ariane - By acb 4 you - Vanille et Chocolats - Au menu du jour -Lemon and Sardine - Chocoframboises


Mais pourquoi, et comment on fait pour se rappeler qu'on a oublié quelque chose ? est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 29 octobre 2014

Aujourd'hui c'est chocolat ! Le Salon du chocolat ! Et quelques tablettes furieusement chocolatées…

Il y a très peu de temps on me demandait lors d'un sympathique petit questionnaire quel aliment je choisirais si je ne devais en choisir qu'un et ne manger plus que celui-là... Et après avoir cherché pesé le pour et le contre de mes envies, je n'ai pas longtemps hésité avant de répondre d'un cri du cœur venant surtout du fin fond de mon estomac, CHOCOLAT !

Et comme je suis ce matin et ce week-end du côté du Salon du Chocolat où j'animerai des ateliers pendant lesquels nous ferons ensemble des tablettes… de chocolat, n'hésitez pas à passer. Et si vous ne pouvez pas passer pendant que je suis là, mercredi après midi, jeudi et vendredi vous aurez cette fois rendez-vous avec Edda pour vous amuser à faire les mêmes tablettes.
Et parce que c'est donc chocolat aujourd'hui voilà quelques recettes en photo déjà parues par ici, des recettes furieusement chocolatées que vous pourrez retrouver en cliquant simplement sur les photos.


Mais pourquoi, je me demande si dans une autre vie je n'aurais pas été le clown chocolat moi… est-ce que je vous raconte ça…

mardi 28 octobre 2014

A la recherche de mon cookie parfait au citron et tout ça à cause de la Cookiterie ! Mon cookie au citron version 1…

L'autre jour voilà'ti'pas que grâce à une de mes dealeuses préférées de bonnes adresses je me retrouve du côté du 111 rue du Théâtre, dans le 15ème arrondissement parisien devant une petite boutique entièrement consacrée aux cookies.

En entrant dans la Cookiterie, puisque c'est d'elle qu'il s'agit,  il y a plusieurs choses qui vous sautent aux yeux, les cookies forcément, l'atelier où naissent les cookies en question et le large sourire de Michel Block qui vous accueille…
Michel Block ne vient pas du monde de ceux qui préparent ce qui se mange et comme beaucoup de ceux qui ont choisi de passer en cuisine, vraiment choisi, il a la passion communicative. Et sa passion à lui, c'est le cookie !
Si vous passez par là, prenez un peu de temps et demandez-lui de vous parler de son histoire et de ses cookies et vous passerez un bon moment, surtout qu'il semble toujours y avoir un cookie à goûter sur le comptoir… et après la discussion repartez bien sûr avec quelques-uns de ces cookies qui sont juste croquants et cheewy comme il faut !
Vous pourrez alors repartir avec des cookies "intemporels" les classiques de la maison, chocolat noir ou chocolat blanc et noix de pécan ou caramel au beurre salé ou citron… et quelques autres. Le citron on reviendra dessus… Et puis d'autres qui vont seulement passer au fil des mois, une bonne raison de revenir régulièrement…
Et forcément pour moi il était hors de question de partir sans cookies. Je demande donc un petit assortiment. L'homme des cookies m'avait parlé de celui au citron en me disant qu'on ne le demandait pas spontanément mais qu'une fois goûté… J'espérais donc le trouver dans mon joli paquet une fois rentré à la maison et il y était bien.
Je l'ai goûté. Je voulais juste le goûter, juste un morceau, histoire de partager la découverte avec les miens et petit à petit quand je me suis rendu compte que je l'avais fini mon seul regret n'était pas pour les miens mais de n'en avoir qu'un !
Du coup j'ai senti que je tenais là une quête, réaliser mon cookie au citron, différent mais aussi gourmand ! Et voilà donc ma première version et sans doute pas la dernière !
Mon cookie au citron version 1…
Ingrédients :
Pour les biscuits : 240g de beurre  mou - 150g de sucre – 1 jaune d’œuf - 240g de farine – 1 pincée de sel – 20g de jus de citron (2cl) – le zeste d'1 citron vert
Le glaçage : 1càs de blanc d'œuf – 1càs de jus de citron vert – 60g de sucre glace – ½ càc de zeste de citron vert et autant d'orange - quelques pincées de graines de pavot
Coupez le beurre en morceaux et mettez-le dans la cuve d'un batteur. Donnez quelques tour de batteur pour le transformer en crème, puis ajoutez le sucre et battez cette fois longuement pour bien incorporez le sucre.
Ajoutez le jaune d'œuf et fouettez, et ensuite en fouettant entre chaque ingrédients ajoutez dans cet ordre, le zeste et le jus et la farine.
Déposez la pâte sur un film alimentaire, la pâte est alors molle et collante, filmez-la bien et mettez au frais une trentaine de minutes.
Faites ensuite des boules d'environ 45g avec cette pâte et écrasez les légèrement entre la paume de vos mains, à peine et posez-les sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Attention ne tassez pas les cookies vont s'étaler.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 12 à 15 minutes. Coupez alors le four et ouvrez la porte et laissez refroidir. Vos cookies sont alors très mous mais pas de panique ils vont durcir en refroidissant.
Pendant ce temps préparez le glaçage. Là, c'est très simple vous versez dans bol, le blanc d'œuf, le jus de citron, les zestes et le sucre glace et vous mélangez, simple !
Quand les cookies sont prêts et froids il ne vous reste plus qu'à les couvrir d'un peu de glaçage et si vous voulez de quelques pincées de pavot.

La Cookiterie se trouve donc 111 rue du Théâtre dans le 15e parisien et est ouverte du lundi au samedi 10h – 20h. Vous pouvez la retrouver sur Facebook, Twitter et Instagram

Mais pourquoi, bon et si je mettais du chocolat blanc dedans moi ? est-ce que je vous raconte ça…

lundi 27 octobre 2014

180° C la température du plaisir ??? Scones au bacon au sirop d'érable et aux moutardes…

Je lis bien des revues de bouffe... je dis toujours bouffe autant pour agacer Jean-Pierre Coffe, pour qui pourtant j'ai bien de l'affection, parce que je trouve que dans la bouche de certains, gastronomie, prend un côté bien trop élitiste à mon goût, pour moi qui ne suis qu'un cuisinier du quotidien… 

Je lis donc bien des revues de bouffe qui viennent souvent aussi de bien des horizons et chacun avec sa personnalité me donne sa part de plaisir. Et parmi toutes ces revues il y a 180°C…
C'est curieux parce que j'ai tendance à ne pas considéré 180°C comme une revue, mais plus comme une sorte de livre dont chaque chapitre viendrait compléter quelque chose de plus complet, quelque chose qui formerait comme un tout, un peu comme ces encyclopédies d'avant que l'on recevait au fil des mois. Peut-être que cela tient à la périodicité, ce rendez-vous que l'on attend pendant deux mois, peut-être à cause de son format et de ses presque deux cents pages, sans aucun doute à cause de son contenu…
Un contenu riche et varié où d'ailleurs je ne cours pas chercher les recettes à mon goût mais plus à prendre mon temps sur les textes, les recettes devenant alors la cerise sur ce gâteau-là.
Et pour ce numéro de 180°C, avant d'arriver aux recettes j'ai dégusté un goût d'Irlande, une balade irlandaise en compagnie de Trish Deseine, qui décidément accompagne souvent mes lectures culinaires ces derniers temps, j'ai découvert le travail de Laurent Arbeit au sein de la maison familiale, une maison qu'il faudra aller chercher du côté de Sierentz, j'ai suivi Jean-François Piège dans sa bibliothèque, je me suis amusé du dérapage de Caroline Mignot… Et après tout ça et bien d'autres choses, je suis allé voir les recettes contenues dans ce tout dernier numéro de 180°C maintenant barré par Philippe Toinard.
Et parmi ces recettes-là j'ai eu envie de remettre un peu à mon goût des scones entre sucré et salé qui seront parfaits pour un brunch dominical !
Scones au bacon et au sirop d'érable et aux moutardes
Ingrédients : 210g de farine – 90g de bacon – ½ càc de moutarde en grains – ½ càc de moutarde Colman en poudre - 60g de beurre – 6càs de sirop d'érable – 7cl de lait avec quelques gouttes de citron dedans – 1càc de levure chimique – ½ de fleur de sel - ½ càc de bicarbonate
Taillez le bacon en très fines lanières de 2 ou 3 mm. Mélangez le bacon avec les graines de moutarde.
Faites le dorer dans une poêle bien chaude. Pour éviter que le bacon colle vous pouvez couvrir la poêle d'un peu d'huile avec un morceau de papier absorbant. Attention les graines de moutarde peuvent jouer les pois sauteurs mexicains.
Mettez dans le bol d'un mixer équipé d'une pale la farine tamisée, la levure, le sel, le bicarbonate et la moutarde en poudre, mélangez rapidement. Ajoutez le beurre coupé en petits morceaux, le sirop, le lait et faites tourner jusqu'à obtenir une pâte homogène, n'insistez pas trop.
Videz la pâte sur une table bien farinée puis étalez la pâte sur environ 2cm d'épaisseur.
Taillez des cercles avec un emporte pièce d'environ 5 cm de diamètre, un conseil graissez votre emporte-pièce avant de découper, sinon ça colle, et déposez les cercles au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Brossez vos scones au pinceau avec un peu de lait puis enfournez-les dans un four préchauffé à 220° pendant 12 à 15 minutes.
Ensuite vous n'avez plus qu'à laissez refroidir sur une grille avant de déguster.
180° C est en vente uniquement en kiosque et il vous en coûtera 19Euros90 pour ce numéro 4
Revue offerte

Mais pourquoi, 350°F je me demande si ça ferait le même effet et pourtant… est-ce que je vous raconte ça…

dimanche 26 octobre 2014

Et mourir de plaisir de Trish Deseine promesse tenue ! Gâteau fondant très chocolat huile d'olive amandes et quelques petites choses… au menu !

J'ai acheté mon premier livre de Trish Desseine il y a maintenant plus de dix ans, c'était Mes petits plats préférés, un livre que j'ai usé? usé et qui c'est peu à peu couvert des traces des recettes que j'ai réalisées grâce à lui. 
Par la suite les ouvrages de Trish sont venus les uns après les autres se ranger à côté de ce premier, Ma petite Robe noire et I love Cake, Chocolat adoré ! et Les apéros de Trish… et quelques autres, ses livres les uns après les autres sont venus prendre leur place sur mes étagères avec toujours l'impression qu'une amie venait déposer là ses recettes.
Il y a quelques temps, à peine quelques semaines,  c'était Pavlova qui venait rejoindre les autres et je me suis dit alors que je devrais attendre encore quelques temps avant le prochain. Et voilà que son tout nouveau tout frais vient de me tomber dessus avant que mon appétit n'ait eu le temps de se remettre.
Et cette fois Trish Deseine arrive avec un redoutable Et mourir de plaisir, 100 desserts à tomber… chez Hachette cuisine, un livre pour lequel j'aurais, moi, choisi comme sous-titre 100 desserts à se damner de gourmandise!
J'ai toujours considéré la cuisine de Trish comme une cuisine de partage et de gourmandise, une de ces cuisines que l'on aime retrouver quand on s'installe à table avec quelques amis avec l'intention de mettre le plaisir au programme. Les plats et les desserts de Trish Deseine sont souvent réconfortants, généreux car il y a bien du plaisir dans cette cuisine, dans la cuisine de Trish.
Et mourir de plaisir n'échappe bien sûr pas à la règle, les desserts se suivent et notre appétit s'ouvre au fil des pages, au fil du chocolat qui coule sur les desserts, de la crème qui provoque nos doigts, des sirops qui dégoulinent… Et dès les premières pages cela m'est apparu comme une évidence, je n'avais pas besoin de corner les pages puisque toutes les recettes de l'ouvrage risquaient de passer à la casserole ! J'étais soulagé d'un impossible choix, il me resterait qu'à choisir l'ordre, ce qui est déjà bien assez difficile…
Alors si vous aussi vous vous sentez concernés par cette phrase de Pierre Desproges citée par Trish, Vivons heureux en attendant la mort ! N'hésitez pas à cuisiner heureux en sa compagnie Et mourir de plaisir… un livre qui risque de vous faire vivre d'intenses moments de bonheur !
Et j'ai eu forcément des envies de chocolat et d'un gâteau étonnant où le chocolat se mêle à l'huile d'olive et quelques autres petites choses à ma manière…
Gâteau fondant très chocolat huile d'olive, amandes et quelques petites choses…
Ingrédients : 150g de chocolat noir – 6cl d'huile d'olive – 3 œufs – 90g de sucre en poudre – 125g d'amandes en poudre – le zeste d'1/4 d'orange – 1 ou 2 càs d'amandes effilées – du sucre glace et du cacao en poudre
Mettez le chocolat cassé en morceaux dans un saladier et faites-le fondre doucement au micro-ondes. Ajoutez alors l'huile d'olive et le zeste d'orange et mélangez bien.
Cassez les œufs dans un saladier et ajoutez le sucre, puis fouettez le tout jusqu'à ce que le mélange ait doublé de volume. Ajoutez la poudre d'amandes et mélangez délicatement le tout. Incorporez ensuite le chocolat tout aussi délicatement.
Versez la pâte dans un moule beurré et fariné, parsemez les amandes effilées sur le gâteau et enfournez pendant 25 à 30 minutes dans un four préchauffé à 180°.
Sortez le gâteau du four, laissez-le tiédir puis saupoudrez-le de sucre glace et de cacao en poudre à votre goût.
Very chocolaty cake with olive oil, almonds and a few other things
Ingredients: 150g dark chocolate - 6cl olive oil - 3 eggs - 90g caster sugar - 125g ground almonds - 1/4 orange zest - 1 or 2 Tbsp flaked almonds - icing sugar and cocoa powder
Break the chocolate into a bowl and gently melt it in the microwave. Add the olive oil and orange zest and mix well.
Crack the eggs in a large bowl, add the sugar and whisk until it doubled in volume. Gently mix in the ground almonds. Mix in the chocolate just as gently.
Pour into a tin brushed with butter and dusted with flour, top with the flaked almonds and bake at 180°C/350°F for 25 to 30 minutes.
Take out of the oven, let warm down and dust with icing sugar and cocoa powder to your taste.


Mais pourquoi, et si le bonheur c'était aussi simple que ça… est-ce que je vous raconte ça…

samedi 25 octobre 2014

Et si vous invitiez vos collègues de bureau à une gamelle party pour le prix d'un sandwich ? Gaspachaud, Chilicocotte et Gâteau in the semoule au menu…

Dans une autre vie j'ai travaillé dans le monde du papier carton où je passais des joyeuses et un "peu" longues journées à couper du papier… Du papier, encore du papier,  des tonnes de papier qui m'arrivait en larges planches et que je transformais à grand coup de massicot géant en p'tites ramettes, des p'tites ramettes, encore des… en tonnes de ramettes quoi.
Et forcément pour que ce soit plus pratique, des tonnes de papier en vrac au moindre coup d'vent… tout ça était emballé par une tablée de petites dames qui emballaient, encore… enfin tout ça ressemblait furieusement aux Temps modernes en fait.
Et le midi ces petites dames allaient manger au réfectoire leurs petites gamelles odorantes pendant que moi, qui à l'époque suait sang et eau pour couper une tomate en tranches, je mangeais de tristes sandwichs. Je ne sais pas si je les maudissais ou je les bénissais à l'époque. Je ne sais pas si je les aimais pour ces parfums qui me faisaient rêver pendant toute ma pause ou si je les détestais de me faire baigner là-dedans sans même me laisser le moindre espoir de goûter ne serait-ce qu'une bouchée de leur pitance, les petites dames n'étaient pas prêteuses !
En tout cas je me souviens encore des plats qu'elles apportaient dans leurs gamelles et qu'elles faisaient chauffer au bain-marie… à l'époque des dinosaures le micro-ondes n'existait pas, incroyable non ? Et quand les plats étaient bien chauds elles les versaient dans leur assiette en me regardant un peu par dessous d'un regard qui sous-entendait toi n'essaye même pas d'approcher !
Et c'est en me souvenant de ces plats que j'ai eu envie pour mon menu Marque Repère de créer un repas à emporter au bureau, un peu comme avant mais avec les "gamelles" d'aujourd'hui . Des "gamelles" que vous pourrez bien sûr aujourd'hui chauffer en quelques secondes au micro-ondes sans doute sous le regard étonné et j'espère envieux de vos collègues ! Et bien sûr, tout petit prix pour ce menu qui vous coûtera moins que le prix d'un simple casse-croûte…
L'ensemble des recettes proposées sont pour 4 très bons mangeurs ou 6 raisonnables et autant que possible j'ai utilisé la gamme Bio Village Marque Repère.
Gaspachaud
Ingrédients : 500g de légumes à ratatouille surgelés – 1boîte de tomates concassées au basilic ( que vous pouvez remplacer par une boîte de tomates concassées et un petit bouquet de basilic) – 2càc de sucre en poudre - 4càs d'olives noires – 1càs d'huile d'olive – quelques feuilles de basilic – sel et poivre
Versez les légumes à ratatouille dans une casserole avec l'huile d'olive et faites-les cuire à couvert selon les indications portées sur l'emballage. Quand les légumes sont à point, prélevez 3 ou 4càs de ratatouille, ajoutez la sauce tomate, le sucre en poudre, salez, poivrez et ajoutez une demi-boîte d'eau, environ 20cl, et prolongez la cuisson à découvert jusqu'à ce que l'eau soit évaporée et que la consistance soit à point.
Hachez les légumes, réservez en petits cubes. Coupez en tranches les olives. Mixez le contenu de la casserole assez finement.
Vous n'avez plus qu'à préparez les assiettes, répartissez le contenu de la casserole dans les assiettes ou les tup' à emporter, puis parsemez dessus les légumes hachés, les olives et éventuellement quelques feuilles de basilic et un trait d'huile d'olive.
Chilicocotte
Ingrédients : 4 blancs de poulet – 3 petits oignons – 2 boîtes de haricots rouges – 1 boîte de tomates concassées – 1càc de sucre en poudre - 1càs d'huile d'olive - 2càc de paprika – ½ càc de cumin en poudre – sel et poivre 
Pour le riz : 300g de duo de Riz de Camargue
Pour accompagner : des cubes d'avocat – des pluches de coriandre – de la crème fraîche
Coupez les blancs de poulet en cubes. Epluchez puis émincez les oignons.
Faites chauffer une poêle à feu vif, versez-y l'huile puis le poulet et les oignons et faites colorer le tout.
Ajoutez ensuite le paprika et le cumin et remuez bien. Ajoutez les haricots égouttés, les tomates concassées et le sucre en poudre, salez et poivrez, remuez, ajoutez l'équivalent d'une boîte d'eau, soit environ 40cl et laissez blobloter à découvert jusqu'à ce que la consistance de la sauce soit à votre goût, ni trop liquide ni trop sèche… comptez une quinzaine de minutes. Pendant ce temps faites cuire le riz selon les indications portées sur l'emballage.
Vous n'avez alors plus qu'à servir d'abord le riz puis le chilicocotte (si vous préparez un tup' à emporter faites par contre le contraire, d'abord le chilicocotte et ensuite le riz, de cette manière le riz n'absorbera pas la sauce) et en parsemant sur l'assiette ou le tup' des cubes d'avocat, des pluches de coriandre ou un peu de crème fraîche… ou les trois !  
Gâteau in the semoule
Ingrédients : 150g de semoule de blé fine - 75 cl de lait – 60g de sucre en poudre - 1 sachet de sucre vanillé - 60g de raisins sec - 60g d’abricots secs - 60g de beurre – 3 œufs - des amandes effilées
Pour le caramel : 150g de sucre en poudre
Commencez en coupant les abricots en petits cubes.
Versez dans une casserole le lait et les sucres et portez à ébullition.
Baissez le feu et ajoutez la semoule. Faites cuire à tout petit feu pendant 5 minutes.
Ajoutez les raisins secs, l'abricot et le beurre et prolongez la cuisson pendant 5 minutes.
Fouettez les oeufs au batteur jusqu'à ce qu'ils soient bien mousseux.
Retirez la casserole du feu et ajoutez les œufs et fouettez avec le contenu de la casserole.
Faites fondre le sucre pour le caramel dans une casserole et dès qu'il est fondu  et commence à peine à colorer versez le à votre goût comme moi dans deux tup' d'environ 16cm de diamètre ou dans des verrines.  Ajoutez par dessus le contenu de la casserole, tassez un peu.
Enfournez pendant 12 minutes dans un four préchauffé à 180°.
Laissez ensuite refroidir, passez un couteau tout autour de vos moules puis servez en parsemant dessus les amandes effilées.
Article sponsorisé

Mais pourquoi, finalement je crois que je les détestais bien les p'tites dames pas partageuses ! est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 24 octobre 2014

Le vendredi c'est retour vers le futur… Crunchy peanuts fingers chocolat Nutella et dentelles parce que ma fille…

Depuis quelques semaines ma merveille du milieu, ma grande discrète, a pris partiellement son envol et vit partiellement chez elle une partie de la semaine…

Heureusement ce n'est loin de moi que partiellement, et revient à la maison tous les week-ends, toutes les vacances, c'est peu mais ça me permet de tenir le reste de la semaine sans elle. Et du coup elle cuisine !
Bon, soyons raisonnables quand elle repart de la maison le dimanche soir elle a souvent sous le bras de quoi ouvrir une chaîne de restaurants, mais comme la semaine est longue de temps en temps elle cuisine.
Et cette semaine elle m'a appelé pour me demander les proportions des trucs, pour elle je cuisine des trucs, avec le Nutella dedans et les crêpes dentelle... mais si tu sais bien papa... forcément je sais bien c'est une des recettes classiques de la maison. Et quand elle m'a demandé ça, les proportions de cette simple recette, ça m'a fait le même effet que si le guide rouge venait d'accrocher trois étoiles d'un coup au dessus de ma porte… Et forcément après avoir repris mes esprits, je lui ai décrit en long et en large le comment, le pourquoi et encore le comment et… Enfin ça m'a bien pris une bonne demi-heure pour lui expliquer cette recette qui se fait en trois minutes et demie !
Et comme j'avais fait il y a quelque temps une nouvelle version forcément c'est de cette recette de
Crunchy peanuts fingers chocolat Nutella et dentelles que j'ai eu envie de mettre en avant aujourd'hui.
Crunchy peanuts fingers chocolat Nutella et dentelles
Ingrédients : 150g de chocolat au lait en tablette – 90g de Nutella – 1càs de crunchy peanuts butter (ou du beurre de cacahuète que vous avez !) – 90g de crêpes dentelle – 20g de chouchoux (des pralines aux cacahuètes) 
Faites fondre le chocolat au bain mairie ou au micro-ondes.
Mélangez-le avec le Nutella et le crunchy peanuts butter, le Nutella n'aimant pas trop les fortes températures il vaut mieux faire attention à ce moment-là à ne pas mélanger trop vite.
Emiettez les crêpes  dentelle et mélangez-les au reste.
Hachez les chouchous.
Couvrez de papier sulfurisé un petit moule carré et répartissez les chouchous le long de deux bords du moule, deux bords opposés, puis versez la pâte au chocolat croustillant en la tassant bien. Vous pouvez mettre du papier sulfurisé par dessus le chocolat croustillant pour vous permettre de bien appuyer dessus.
Ensuite au frigo le temps que ça durcisse et découpez en fines barres en forme de longs triangles et vous allez voir que ces petites choses ont un don pour disparaître à une vitesse étonnante surtout à l'heure du goûter !

Mais pourquoi, si elle cuisine c'est qu'elle a faim… allez, la semaine prochaine je double les doses ! est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 22 octobre 2014

Dévorer Gontran Cherrier dans vos trains, c'est possible ! Entre tarte et crumble aux pommes !

Quand nous prenions le train avec ma mère pour aller au sud du sud nous ne comptions pas sur la SNCF pour subsister, nous arrivions dans le train avec nos propres provisions…

Il faut dire qu'en ce temps-là la réputation du fameux sandwich SNCF n'était pas surfaite, pain dur, jambon aussi rare que les coups de soleil sur un front de pingouin et le beurre… 
En plus c'était un de mes rares plaisirs de voyageurs, de déballer les larges morceaux de pain que ma mère avait préparés. Des pains remplis jusqu'à plus raisonnable de tortillas coupées en tranches, que je déballais sous les yeux médusés de certains autres voyageurs. Des voyageurs qui, eux, n'allaient pas au fin fond du sud du sud, et qui s'étonnaient " un peu " de nos pratiques… des odeurs de nos casse-croûtes… Enfin ça, c'était avant, comme disait l'autre.
Depuis quand je monte dans un train c'est les mains dans les poches et souvent avec l'intention d'aller voir avec l'appétit curieux du côté du bar si je ne peux pas grignoter un petit quelque chose. Et maintenant que je sais que le petit quelque chose en question peut être signé, dans les Intercités, par Gontran Cherrier
Depuis quelques années je suis ce boulanger-là avec intérêt et gourmandise, il faut dire que le garçon a le chic pour faire des pains sacrément à mon goût et d'ailleurs pas que des pains, passez donc par une de ses boulangeries, vous comprendrez. Du coup quand on m'a proposé de découvrir une des propositions signées par Gontran qui vont donc maintenant voyager sur les rails, forcément… Et je n'ai pas été déçu par ce mi-tarte mi-crumble que vous pourrez donc, vous aussi, déguster dans votre Intercité et que Gontran  a préparé ce jour-là pour nous.
Entre tarte et crumble aux pommes
Attention avec ces proportions vous obtiendrez une plaque de 30X40cm soit de quoi nourrir une douzaine de personnes !
Pour la pâte sucrée : 250 g de farine T65 - 90g de sucre glace - 30g de poudre d’amande – 1 belle pincée de sel – 1 œuf - 150g de beurre froid
Pour le crumble : 180g de farine T65 - 90g de beurre - 120g de sucre – 60g d'amandes effilées
Pour la crème d’amande : 150g de beurre - 150g de sucre - 150g d’œufs - 150g de poudre d’amande -15g de farine – 1càs de rhum
Pour la garniture : 1kg de pommes (Gontran conseille des goldens auxquelles j'ai préféré les rubinettes plus acidulées) - 60g de raisins secs – le jus d'un citron
50g de jus de citron
Commencez en préparant la pâte sucrée. Travaillez ensemble, soit au batteur avec la feuille soit à la main, la farine, le sucre glace, la poudre d’amande, le sel et le beurre coupé en morceaux.
Il faut obtenir un sablage plutôt fin. Ensuite ajoutez l'œuf, et continuez à travailler la pâte jusqu'à obtenir une pâte bien souple et homogène. Filmez et réservez au frais.
Préparez alors le crumble. Versez la farine, le beurre coupé en cubes et le sucre dans un saladier et mélangez avec le bout des doigts jusqu'à obtenir un joli sablé. Ajoutez les amandes effilées et mélangez rapidement. Réservez-le aussi au frais.
Préparez la crème d'amande. Faites un beurre pommade, ajoutez le sucre et fouettez le tout.
Ajoutez les œufs et fouettez de nouveau, ajoutez  la poudre d’amandes et la farine et mélangez bien, terminez en ajoutant le rhum et en mélangeant une dernière fois et au frais comme le reste.
Epluchez les pommes, coupez-les en gros cubes. Mélangez avec les raisins et le jus de citron, réservez toujours au frais.
Etalez la pâte sucrée sur une feuille de papier sulfurisé sur une épaisseur d'environ 2,5mm.
Faites glisser la pâte sur la plaque du four, et faites une pré-cuisson dans un four préchauffé à 180° pendant 12 à 15 minutes. La pâte doit être blonde. Laissez refroidir.
Etalez alors dessus d'abord la crème d’amande puis les pommes et enfin le crumble.
Faites cuire 30 minutes de plus toujours à 180°c.
Quand c'est joliment cuit sortez du four, laissez tiédir à peine, saupoudrez de sucre glace si vous aimez comme moi et de cannelle et là pensez que le train ne va pas arriver en gare de si tôt et que vous aurez donc le temps d'en reprendre une part… ou deux…
Et si vous voulez " dévorer " Gontran Cherrier vous pouvez même commander votre repas à l'avance… la preuve Réservermonrepas


Mais pourquoi, bon et dans les avions Gontran ne pourrait pas faire aussi quelque chose… est-ce que je vous raconte ça…