vendredi 19 décembre 2014

Jingle bells jingle bells jingle all the way ! Chocolat chaud parfumé et p'tits biscuits aux épices en attendant Noël !

Le lendemain de Noël à l'heure des cadeaux j'ai souvent l'énergie d'une moule de canapé et je dois dire que j'ai plus envie de suivre l'ouverture des cadeaux que de me mettre aux fourneaux.
Du coup ce matin-là c'est souvent chocolat chaud et des trucs à tremper dedans et hop sous la couverture avec les chats scotchés dessus ! Et là je n'ai plus qu'à me nourrir du bonheur ambiant... et d'un peu de chocolat chaud...
Mais pour que ce soit possible il faut prévoir, préparer le chocolat à l'avance et les quelques petites choses à tremper dedans. Et cette année ça sera donc un chocolat bien bien parfumé et des p'tits biscuits à l'odeur de pain d'épices que je vais préparer la vieille... Enfin si le canapé ne m'a pas avalé avant...
Chocolat chaud parfumé
Ingrédients : 45cl de lait (entier c'est mieux mais du ½ écrèmé ça le fera) – 60g de crème liquide entière – 75g de chocolat au lait (j'ai utilisé le redoutable chocolat Côte d'or Gianduja que l'on ne trouve encore malheureusement qu'en Belgique ou sur internet par exemple là : Shop Belgium) – 15g de cacao en poudre - 1gousse de vanille – 1 pincée de cannelle pour chaque chocolat
Versez le lait et la crème dans une casserole. Fendez la vanille, grattez-la au dessus de la casserole et mettez le tout dans la casserole. Portez à ébullition.
Retirez du feu, retirez la gousse de vanille et ajoutez le chocolat au lait coupé en morceaux et le cacao. Fouettez bien jusqu'à obtenir un joli chocolat bien onctueux, vous pouvez remettre sur le feu pour que le chocolat soit bien bouillant.
Juste avant de servir jetez une pincée de cannelle dans chaque tasse.
Je n'ai pas ajouté de sucre dans ce chocolat je ne trouve pas ça utile mais après c'est vous qui voyez !
P'tits biscuits aux épices
Ingrédients : 120g de beurre - 240g de farine - 45g d'amandes en poudre - 90g de sucre jaggery (ou d'un autre sucre bien parfumé attention il faut qu'il soit assez fin ! Sinon n'hésitez pas à le passer au mixer) – 1 oeuf – 1càc d'épices à pain d'épice
Versez dans un saladier la farine, la poudre d'amandes, le sucre et les épices et mélangez le tout.
Ajoutez le beurre coupé en petits morceaux et mélangez-le au reste du bout des doigts, jusqu'à obtenir une sorte de sablé.
Ajoutez l'oeuf battu et mélangez à la main jusqu'à obtenir une pâte, n'insistez pas.
Etalez la pâte sur un papier sulfurisé de manière à obtenir une plaque de pâte d'environ 1cm d'épaisseur. Mettez-la au frais pendant une heure.
Roulez alors de nouveau votre pâte et cette fois jusqu'à ce qu'elle fasse environ ½ cm d'épaisseur ou un peu moins.
Découpez la pâte avec des emportes pièces de la forme de votre choix, les sapins et les étoiles c'est de saison... et déposez-les au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 8 à 10 minutes. Le mieux c'est de faire une première fournée avec quelques biscuits pour tester la cuisson.
Laissez refroidir. Vous pouvez alors garder les biscuits quelques jours à condition de leur éviter l'humidité.
Et bien sûr vous n'êtes pas obligé d'attendre Noël...


Mais pourquoi, Jingle bells jingle bells jingle all the way... juste histoire de ne pas être le seul à l'avoir dans la tête... est-ce que je vous raconte ça...

Le vendredi c'est retour vers le futur... Les cookies très chocolat du dimanche après-midi qui peuvent aussi se manger le vendredi...

Des fois je suis un peu contradictoire avec moi-même... J'arrête pas de louer le fait d'attendre, d'espérer quelque chose, les pêches ou les cerises, la bûche de Noël ou la galette des rois... même si la bûche finalement... et d'autre fois j'ai des envies de fraises ou d'asperge en plein décembre !
Des fois je suis indéniablement contradictoire avec moi-même ! Et là en cherchant une recette je suis tombé sur ces cookies dont j'avais dit qu'ils étaient parfaits pour un dimanche après-midi. Naturellement je me suis alors dit et ben je les referai dimanche... Mais c'était trop tard dans la pomme était le ver et l'envie dans la tête et l'estomac ! Du coup je n'attendrai pas dimanche pour les refaire en me disant que le vendredi ça peut être un dimanche un peu en avance... enfin on va le dire comme ça !
Les cookies très chocolat du dimanche après-midi
Ingrédients : 120g de beurre – 250ml de sucre roux en poudre – 2càs de crunchy peanut butter – 1oeuf – 250ml de farine – 1càc de levure chimique – 180g de chocolat au lait haché – 60g de chocolat noir en pastilles
Battez ensemble le beurre et le sucre roux. Ajoutez le crunchy peanut butter et l'œuf et battez le tout. Ajoutez la farine mélangée à la levure et mélangez le tout.
Ajoutez les deux chocolats et mélangez bien.
Faites de jolies boules de pâte et posez-les au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Faites attention ne tassez pas trop les cookies vont s'étaler.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 10 à 12 minutes selon la taille et si vous aimez plus ou moins cuit.
Laissez refroidir et mangez en vous disant peut-être que le dimanche et les cookies, ça va bien !
Sunday afternoon chocolate cookies   
Ingredients: 120g butter – 1cup light brown sugar - 2 Tbsp crunchy peanut butter - 1 egg – 1cup flour - 1 tsp baking powder - 180g milk chocolate, chopped - 60g dark chocolate chips 
Beat together the butter and brown sugar until smooth. 
Add the peanut butter and egg and beat again. 
Mix in the flour mixed with baking powder. 
Add the 2 kinds of chocolate mix one more time. 
Make balls of dough and place on a baking sheet lined with parchment paper. Do not overcrowd the baking sheet because the cookies will spread while baking.
Bake in the oven, preheated at 180°C/350°F for 10 to 12 minutes depending on their sizes and if you like them more or less cooked.
Let cool down before serving.

Mais pourquoi, bon je pourrais aussi les refaire le dimanche... ou le samedi et le dimanche... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 18 décembre 2014

P'tits kouglofs très orangés ! Parce que des fois la cuisine est faite de découvertes...

L'autre soir j'ai eu la chance d'avoir les fesses posées devant une Table ronde en bonne compagnie pour découvrir une drôle de petite bouteille, parce que le Cointreau a décidé de passer en cuisine.
Je dois dire que devant les innovations culinaires je suis souvent un difficile à convaincre, j'en ai déjà vu passer tellement, des qui ont brillé en passant dans le ciel avant de vite vite disparaître à l'horizon, que du coup je suis prudent prudent devant le nouveau... Prudent mais aussi curieux comme une poule sentant que le ver de terre n'est peut-être pas si loin !
Et au cours de la soirée et des recettes j'ai découvert que l'on pouvait parfumer au Cointreau Cuisine bien des choses, et que le salé n'avait rien à envier dans ce domaine au sucré, jusqu'à ce qu'arrive le dessert... un kouglof.
Et c'est là en voyant Patrick Henriroux, le chef du soir, parfumer son kouglof que j'ai senti l'odeur de l'orange arriver gentiment jusqu'à moi, que je l'ai vu ensuite joliment dorer, c'est donc à ce moment-là que je me suis dit en regardant cette drôle de bouteille, toi et moi avons des choses à faire ensemble !
P'tits kouglof très orangés !
Ingrédients : 250g de farine - 10g de levure boulanger déshydratée -10cl de lait - 30g de sucre en poudre - 1 œuf - 120g de beurre mou - 30g de sucre en grain (du sucre à chouquettes) - 30g d'écorces d'oranges confites hachées – 1càc d'huile d'olive - 30g d’amandes effilées – du sucre glace – un flacon de Cointreau Cuisine (et si vous n'en avez pas avec du Cointreau et un pinceau... c'est expliqué à la fin de la recette)
Versez dans la cuve d'un batteur muni d'un crochet (tout ça peut bien sûr se faire à la main... mais c'est tellement agréable de laisser faire la machine...) la levure, 5cl de lait et 50g de farine et faites tourner jusqu'à ce qu'une grosse boule de pâte se forme.
Laissez lever la pâte en couvrant le bol avec un torchon (et il est comment le torchon ? Propre le torchon !) pendant 30 minutes.
Ajoutez alors la farine et le lait restant, l’œuf battu, le sucre en poudre, le beurre, le sucre en grain, les écorces d'oranges confites et l'huile d'olive. Faites tourner votre batteur à petite vitesse pendant une dizaine de minutes.
Couvrez le bol et laissez lever une heure.
Beurrez vos moulez, parsemez les amandes au fond des moules. Répartissez la pâte dans vos moules, ne remplissez pas trop la pâte va lever. Les miens mesurent 7cm pour les petits et 11cm pour le plus grand. Laissez de nouveau lever pendant 30 minutes.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pour 25 minutes pour les petits kouglofs et 35 minutes pour le grand.
Quand les kouglofs sont cuits sortez-les du four et vaporisez-les généreusement de Cointreau cuisine puis saupoudrez-les de sucre glace et remettez au four 3 minutes.
Et si vous n'avez pas encore de Cointreau Cuisine, ça ne sera pas exactement pareil le Cointreau Cuisine est notamment plus parfumé et moins sucrée, mais... badigeonnez vos kouglofs de Cointreau au pinceau et continuez de la même façon.
Une fois sorti du four laissez à peine tiédir avant de déguster. Et avec une petite boule de glace à côté...
Et si comme moi vous aimez les histoires, celles des gens mais aussi celles des marques, pour une fois je vais vous conseiller un livre sans recettes ou presque... presque il y a quand même quelques cocktails... Un livre qui raconte une vieille vielle histoire qui commence en 1849 et continue encore aujourd'hui. Ce livre c'est Cointreau de Corinne Lava et David Kuhn et vous verrez si vous avez l'occasion de le feuilleter que cette aventure-là est passionnante et diablement bien racontée !
Article sponsorisé

Mais pourquoi, bon et si je me vaporisais moi aussi je finirais dévoré comme mes kouglofs ? est-ce que je vous raconte ça...

mardi 16 décembre 2014

L' aventure pizzas c'est reparti ! Toujours chou-fleur mais cette fois la " pizza " était verte… Green cauliflower et fresh pizza !

Des fois il m'arrive de chercher l'inspiration longtemps, longtemps, longtemps… et je cherche partout la recette qui pourrait me faire envie là tout de suite et ça peut durer longtemps, long… enfin ça peut durer quoi !

Et d'autre fois c'est tout simple ça commence juste par un message de Babeth après ma première recette de " pizza " chou-fleur où elle disait… je me pose une question, tu crois que ça marcherait avec du brocoli?.....ça serait rigolo en vert.....et comme je viens d'en avoir un dans mon biocabas... et quand je vois sa très jolie recette de brocoli pizza, un p'tit vélo se met à tourner dans ma tête qui dit et répète vert vert vert…
Et ce vélo-là je sais d'expérience qu'il ne va pas arrêter de trotter avant que…
Green cauliflower et fresh pizza !
Ingrédients :
Pour la pâte : 1 petit chou-fleur vert – 1 gros œuf ou 2 petits – 30g de parmesan râpé fin - 1 tige de basilic – sel et poivre
Pour la garniture : 1 boule de mozzarella - 2càs de concentré de tomate – 2càs de coulis de tomate – 1 belle poignée de petites feuilles d'épinards – 1 douzaine de tomates cerise - 2 tiges de basilic – 60g de feta - sel et poivre – huile d'olive
Coupez le chou-fleur en petits bouquets. Gardez surtout le haut du bouquet et enlevez les pieds. Versez les bouquets dans le bol d'un mixer et mixez jusqu'à les réduire en une grosse semoule.
Faites chauffer une casserole d'eau salée et quand l'eau bout, faites-y cuire le chou-fleur pendant 3 minutes.
Passez-le ensuite dans une passoire, refroidissez-le en passant la passoire sous l'eau froide puis videz le chou-fleur dans un torchon (propre comme toujours !). Egouttez bien le chou en serrant le torchon, insistez bien, plus le chou-fleur sera égoutté, meilleure sera la pizza.
Versez le contenu du torchon dans un saladier et ajoutez l'œuf, le parmesan et les feuilles de basilic hachés bien fin, salez, poivrez et mélangez le tout.
Couvrez un moule à pizza d'un papier sulfurisé et mettez-y le chou-fleur, tassez avec le dos d'une cuillère puis finissez de tasser avec les paumes des mains, c'est le plus efficace.
Enfournez dans un four préchauffé à 190° pendant une vingtaine de minutes, la " pâte " doit alors avoir pris une jolie couleur dorée.
Hachez grossièrement la mozzarella, coupez les tomates en deux et égouttez bien le tout dans du papier absorbant, insistez vraiment bien c'est encore très important si vous ne voulez pas que votre pizza nage dans l'eau !
Mélangez le concentré et le coulis de tomate et étalez tout ça sur le fond de pizza. Parsemez les feuilles d'épinard puis la mozzarella et les tomates cerise. Remettez au four, toujours à 190°, pendant une petite dizaine de minutes.
Vous n'avez alors plus qu'à parsemer des feuilles de basilic et éventuellement quelques petites feuilles d'épinard et la feta émiettée, salez, poivrez et terminez avec un filet d'huile d'olive. Vous n'avez plus qu'à déguster !

Mais pourquoi, bon qu'est-ce que je vais bien encore pouvoir lui faire subir à cette pauvre pizza… est-ce que je vous raconte ça…

lundi 15 décembre 2014

Petites idées pour les fêtes… Carpaccio en noir et blanc et en couleurs !

Depuis quelque temps je ne mange plus de la même manière, enfin pas tout le temps, mais souvent quand même, je mange en avance ! En fait c'est même plus compliqué que ça… je mange en avance et les miens en retard.
Les miens mangent en retard, c'est un grand classique de ceux qui vivent avec une blogueuse ou un blogueur culinaire, parce qu'à l'heure de manger, au moment où le plat devrait partir vers la table pour se faire dévorer, le cri déchirant du blogueur retenti… La photo !!!
Et forcément le temps que tu la fasses la photo, ta petite famille mange en retard, forcément… En retard donc mais aussi en avance…

Il y a longtemps je m'amusais quand je recevais des communiqués de presse m'annonçant  les bûches de Noël en septembre, les galettes en novembre et la fête des amoureux avant même que l'année ne soit terminée. Mais ça c'était avant disait l'autre...
Depuis je cuisine moi aussi en avance pour mon p'tit magazine préféré et pour un tas d'autres raisons et c'est comme ça qu'en novembre une tribu de foies gras, quelques volées de volailles, plusieurs douzaines d'huitres et une tripotée d'autres produits qui normalement finissent sur les tables de fêtes sont déjà passés par  ma cuisine. C'est aussi comme ça que je suis en train de préparer les miens pour qu'ils ne soient pas trop étonnés si j'apporte un lot de cloches et de lapins en chocolat sur notre table à l'heure de nous souhaiter la bonne année !
Heureusement d'autres fois je cuisine aussi de saison parce que là c'est juste pour moi et pour le plaisir…
Quand j'ai reçu la petite boîte de caviar Caviarly's je savais déjà que celle-là ne verrait pas Noël. Pas par obligation cette fois, mais simplement parce que je connais ces petites boîtes de toutes les couleurs proposant chac
un un caviar différent, un goût différent et que je sais qu'elles ne restent jamais bien longtemps fermées ! Et qu'une fois ouvertes…
Et cette fois comme le caviar reste un produit qui n'est pas à la portée de toutes les bourses, y compris de la mienne, j'ai eu envie de l'utiliser comme un condiment qui va apporter sa saveur particulière à mon plat et surtout me permettre avec peu de faire beaucoup et de permettre à chacun de le goûter. Après, si vous pouvez, le caviar à la louche il parait que c'est bien aussi…
Carpaccio en noir et blanc et en couleurs
Ingrédients pour 4 personnes : 12 noix de Saint Jacques – 10g de caviar – le jus d'½ demi-pamplemousse – 2càs de jus de citron vert et un peu de zeste – 2càs de sucre en poudre – 1 ou 2 càc d'huile d'olive (utilisez une huile douce, il ne faut pas qu'elle soit trop amère) - quelques tiges de ciboulette –fleur de sel et poivre
Commencez en préparant l'assaisonnement. Versez dans une petite casserole le jus de pamplemousse, le citron vert et le sucre en poudre et portez le tout à ébullition à feu moyen. Quand le mélange arrive à ébullition, baissez le feu et prolongez la cuisson pendant quelques minutes, juste le temps que le mélange devienne sirupeux.
Laissez refroidir.
Taillez les coquilles Saint Jacques en fines tranches.
Juste avant de servir, ne montez surtout pas le plat à l'avance sinon les noix de Saint Jacques vont lâcher du jus et c'est pas bon ! Ajoutez l'huile d'olive dans le sirop au pamplemousse et fouettez le tout, insistez bien.
Badigeonnez le fond de vos assiettes avec ce mélange et déposez-y les tranches de Saint-Jacques.
Parsemez par dessus le caviar, un peu de zeste de citron vert râpé très finement, de la ciboulette taillée très finement aussi, un peu de fleur de sel et de poivre. Et surtout mangez sans attendre.
Produit offert


Mais pourquoi, l'agneau pascal à Noël si je dis pas qu'elle est pascale la bestiole ça passe non ?  est-ce que je vous raconte ça…

dimanche 14 décembre 2014

Et si vous offriez un voyage autour du monde avec les Kitchen Trotter ? Et un repas voyageur totalement Kitchen Trotter au menu !

Ceux qui me connaissent un peu, qui passent de temps en temps par ici, le savent, pour moi les assiettes et ce qu'elles contiennent sont souvent l'occasion de partir loin loin...
Je ne voyage pas souvent réellement, mais dès que je peux je m'envole grâce à mes assiettes vers des destinations lointaines et souvent exotiques. Et comme j'ai l'imagination qui fonctionne assez bien, souvent je me retrouve, tel un croisement entre Tintin et Indie, à vivre d'aventureuses... aventures culinaires en même temps que je prépare mes plats.
Du coup quand il y a maintenant un p'tit bout de temps la rafraîchissante, passionnée et jeune équipe des Kitchen Trotter est venu sonner à ma porte pour me proposer de réaliser les photos qui illustrent les fiches recettes de leurs kits de cuisine, forcément...
Il ne m'a pas fallu longtemps pour accepter leur proposition et voyager encore plus, plus loin, plus vite, plus fort, grâce à eux j'ajoutais un soupçon de Superman dans mes aventures... Et c'est comme ça que depuis lors j'ai traversé le monde de part en part plusieurs fois du Sénégal au Vietnam, du Pérou à l'Angleterre ou à l'Espagne, que je suis allé au Mexique, en Autriche et au Brésil... J'ai voyagé dans les plats et les goûts de tous ces pays et de quelques autres.
Chaque mois j'attends maintenant avec impatience le message qui m'annonce enfin ce mois-ci on part... Le plus difficile étant peut-être de ne pas crier le nom de la prochaine destination... Mais en discutant avec ceux qui se sont abonnées aux kits de cuisine des Kitchen Trotter je sais qu'un de leur plaisir c'est d'ouvrir leur colis et comme moi de découvrir la prochaine destination, notre prochain voyage culinaire.
Alors si vous aussi vous aimez voyager n'hésitez pas les kits de cuisine des Kitchen Trotter vont chaque mois vous surprendre, vous amuser les papilles et surtout vous régaler. Vous allez découvrir des produits étonnants, des plats inconnus et vous dire chaque mois que le monde de ce qui se mange est un monde que vous n'aurez jamais jamais fini de découvrir ! N'hésitez donc pas à rejoindre ce club de gastronomes voyageurs en offrant ou en vous offrant un de ces abonnements gourmands que vous pouvez découvrir en vous rendant chez les Kitchen Trotter ! Et qui sait, peut-être aurons-nous le plaisir de nous rencontrer lors d'un des évènements que les Trotter organisent de temps en temps parce qu'ils sont aussi gourmands et curieux que nous !
Et pour fêter cette nouvelle année, voilà un menu tour du monde composé de quelques plats et quelques destinations parmi celles que nous avons découvertes tout au long de l'année passée...
Sfeha en Syrie
Ingrédients : 3 rouleaux de pâte à pizza – 1 jaune d’œuf
Pour la garniture : 250g de viande hachée - 2 petits oignons hachés très fins - 2 petites tomates pelées et épépinées, coupées en tout petits dés - 1/2 càc de poivre noir - 1 càc de cannelle - 1 càc de coriandre - 1 càs de tahini
Pour la sauce : 1 yaourt à la greque - 2 ou 3 càs de tahini - 1 trait de jus de citron - 1 trait de mélasse de grenade (facultatif) -
Mélangez les tomates et les oignons et mettez-les à égoutter dans une passoire.
Mélangez ensuite le contenu de la passoire avec la viande, les épices et le tahini.
Découpez des cercles de pâte d'environ 8cm de diamètre avec un emporte pièce ou un verre.
Déposez une boule de viande sur la pâte, remontez les bords sur quatre côtés pour former un carré et pincez les angles pour faire tenir la pâte. Badigeonnez au jaune d'oeuf et déposez sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Recommencez de manière à utiliser tous les cercles de pâte.
Enfournez à 180 °c pendant une quinzaine de minutes.
Préparez la sauce en mélangeant le yaourt, le tahini et le jus de citron. Versez-la dans un bol et arrosez avec un trait de mélasse juste avant de servir.
Servez les sfeha avec la sauce. 
Poulet à la citronnelle au Vietnam
Ingrédients : 6 cuisses entières de poulet fermier - • 3 tiges de citronnelle fraîche (partie blanche / bulbe finement hachée) - 2 gousses d’ail pressées - 1 échalote ciselée - 1 càs de nuoc mam - 1 càs de vinaigre de riz -• 1càs de sucre cassonade - 4càs d’eau - Poivre selon goût.
Facultatif : Piment rouge épépiné et hachée(1càc) - 1càs de feuilles de coriandre ciselées grossièrement
Riz blanc nature Thaï (compter 100 g de riz non cuit par personne) soit environ 600g pour 6
personnes - 1 concombre lavé, coupé en demi-rondelles, à disposer quelques rondelles dans chaque
assiette - 1 petite portion de carottes et daikon aigres-doux - 2 ou 3 quartiers de tomates rouges par assiettes (soit 3 tomates)
•Lavez, nettoyez les cuisses de poulet. Supprimez et jetez l’excédent de peau et le gras qui
dépasse les morceaux de cuisses. Séchez avec du papier absorbant et réservez en attendant la
marinade.
Lavez les tiges de citronnelle. Enlevez les premières membranes qui recouvrent les tiges, et
hachez finement la partie claire de la citronnelle (le bulbe).
Pelez, ciselez l’échalote. Pressez l’ail.
•Dans un bol mélangez le nuoc mam, la sauce de soja, le sucre, le vinaigre de riz et l’eau.
Ajoutez la citronnelle hachée, l’échalote ciselée, l’ail pressé et un peu de piment rouge épépiné, haché. Mélangez le tout. Versez la marinade sur les cuisses de poulet et mettez au frais pendant 2 heures minimum.
Préchauffez le four à 240°. Disposez les morceaux de poulet dans un plat, côté peau
visible. Versez la marinade sur le poulet. Poivrez. Enfournez à mi-hauteur, baissez la
température à 210° et laissez cuire pendant 40-45 minutes en arrosant toutes les 15
minutes. En fin de cuisson, les morceaux de poulet doivent être bien dorés, grillés, avec une peau croustillante.
30 minutes avant la fin de cuisson des cuisses de poulet, préparez le riz blanc Thaï.
Dans la casserole, rincez 2 fois les grains de riz à l’eau froide, puis versez l’eau froide pour la cuisson, aplanissez le riz de façon homogène, ajouter l’eau à 2cm au-dessus du niveau du riz, soit environ ¾ d’une phalange de doigt (poser l’index sur la surface du riz, vérifier le niveau d’eau).
Cuisez à feu vif pendant 4 ou 5 minutes à couvert. Dès que l’eau bout, baissez à feu doux (sur une échelle de 10, réduire le feu à 3) et cuisez 15 minutes à couvert (ne jamais soulever le couvercle pendant la cuisson !). Il faut que le riz ait absorbé toute l’eau. En fin de cuisson, coupez le feu et laissez reposer 10 minutes sans ôter le couvercle. Vous pouvez alors découvrir pour bien remuer le riz afin de l’aérer.
Lavez et ciselez les feuilles de coriandre. Parsemez les morceaux de poulet de coriandre avant
de servir avec du riz blanc Thaï, concombre cru, tomates crues et carottes / daikon aigresdoux.
•Crème brûlée en Espagne
Ingrédients : ·1/2 litre de lait - 4 jaunes d’œufs -75g de sucre - 15g de maïzena – du zeste de citron - 1 bâton de cannelle- - du sucre en poudre pour caraméliser
Tout d’abord, chauffez le lait avec le bâton de cannelle et le zeste de citron. Dès que le lait commence à bouillir, retirez du feu et laissez infuser 10 minutes. Filtrez le lait pour retirer la cannelle et le zeste de citron.
Dans une autre casserole, mélangez les jaunes d’œuf, le sucre et la farine de maïs. Ajoutez le lait chaud au fur et à mesure. Remettez la casserole au feu et n’arrêtez pas de mélanger jusqu’à que la crème épaississe.
Pour finir, versez la crème dans les traditionnels moules en terre cuite. Laissez refroidir. Juste avant de servir, saupoudrez du sucre sur les crèmes et caramélisez avec l’aide d’un chalumeau de cuisine.
Et n'oubliez pas que vous pouvez aussi trouver chez Kitchen Trotter une étonnante épicerie où vous trouverez certains produits des kits précédents...


Mais pourquoi, bon alors la prochaine destination c'est... c'est... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 13 décembre 2014

Mystérieux mystère glacé pour les écureuils gourmands pour conclure mon menu festif à moins de 6 euros par personne !

Le mystère fait partie de ces desserts dont les enfants se souviennent… enfin les autres je ne sais pas mais moi c'est un des rares desserts qui m'ait laissé un souvenir du temps des culottes courtes.
C'est curieux les souvenirs parce que j'en ai mangé un il n'y a pas longtemps et… je le voyais grand comme une montagne et bon bon… bon quoi ! Et je me suis retrouvé avec ce petit monticule dans mon assiette et je l'ai goûté… je me suis dit que les souvenirs devraient rester… des souvenirs !
Du coup depuis un moment mes mystères je me les fais moi-même. Et c'est ce que j'ai choisi de vous proposer pour le dessert de ce menu de fêtes à petit prix.
Mystérieux mystère glacé pour les écureuils gourmands
Ingrédients pour 2 mystères pour 2  (vous pouvez bien sûr aussi réaliser des mystères individuels prenez alors des cercles plus petits mais j'aime bien l'idée de finir un repas de fêtes en partageant à deux le dessert) : 1 boîte de crème glacée vanille pécan – 4 palets bretons – 30g de beurre - 3 càs de sucre en poudre – 120g de noisettes entières
Etalez les noisettes sur une plaque puis enfournez-les dans un four préchauffé à 180° pendant une dizaine de minutes. Sortez-les du four, laissez-les légèrement refroidir, versez-les dans un torchon puis frottez-les avec ce dernier de manière à enlever les peaux.
Hachez très grossièrement les noisettes.
Faites chauffer le sucre à feu moyen dans une poêle anti-adhésive jusqu'à ce qu'il se transforme un en un joli caramel qui commence à peine à colorer. Coupez le feu et ajoutez les noisettes, remuez bien pour que les noisettes s'enrobent bien de caramel. Videz le contenu de la poêle sur une planche et laissez refroidir.
Les noisettes vont alors former une sorte de paquet collé au caramel, coupez le tout en morceaux grossiers, réservez 2 jolis morceaux pour décorer les mystères comme sur la photo, et laissez complètement refroidir.
Passez les noisettes caramélisées au mixer, sauf les morceaux pour décorer, jusqu'à ce qu'elles soient réduites en poudre. Réservez-les.
Passez ensuite les palets au mixer jusqu'à les réduire en poudre, ajoutez le beurre coupé en morceaux et 2càs de noisettes en poudre et redonnez quelques coups de mixer pour obtenir une pâte. Etalez cette pâte au fond de deux cercles à pâtisser d'environ 7cm de diamètre et au moins 7cm de hauteur. Etalez la pâte sur un petit centimètre d'épaisseur.
Beurrez l'intérieur des cercles puis versez 1 ou 2 càs de noisettes en poudre et faites-les adhérer sur les côtés en appuyant avec le dos d'une cuillère.
Mettez les cercles au congélateur pendant une trentaine de minutes jusqu'à ce que la pâte durcisse.
Remplissez les cercles avec de la glace puis couvrez avec 1càs de noisette en poudre, tassez bien les noisettes sur le dessus et remettez au congélateur pour une paire d'heures cette fois.
Démoulez les mystères en appuyant sur le haut de la glace avec par exemple un verre un peu plus petit que le cercle, il va sans doute falloir bien appuyer pour les démouler.
Déposez vos mystères dans des assiettes dans lesquels vous aurez déposé les noisettes en poudre restantes. Réservez au congélateur jusqu'au moment de servir.
Sortez vos mystères une vingtaine de minutes avant de les servir, et juste avant de les apportez à table décorer-les avec les noisettes caramélisées que vous avez réservées.
Article sponsorisé


Mais pourquoi, et si l'année prochaine je passais à la Brux'food pour les fêtes… est-ce que je vous raconte ça…

Roulé de dinde à la roquette, châtaignes et riz sauvage pour continuer mon menu festif à moins de 6 euros par personne !

La dinde est un des grands classiques des repas de fêtes et j'aime bien déguster c'te bestiole-là ! Le problème c'est qu'à cinq sur une dinde qui généralement peut permettre de nourrir une bonne équipe de rugby et ben ça produit des restes qui… restent, au moins jusqu'à la fin janvier. Et ça j'aime beaucoup beaucoup moins !
Du coup je prépare souvent à l'occasion des fêtes de la dinde, mais pas entière, en p'tits bouts. Et cette fois ce seront des escalopes de dinde qui vont être à l'honneur dans le plat de mon menu en compagnie de roquette, de châtaignes et de riz sauvage !
Roulé de dinde à la roquette, châtaignes et riz sauvage
Ingrédients : 4 escalopes fines de dinde – 300g de riz (sélection de trois riz) – 2 échalotes – 2 feuilles de laurier - 200g de châtaignes entières au naturel  – 40g de beurre – 90cl de bouillon de volaille - 30g de roquette – 1càs de fond de volaille déshydraté – sel et poivre – quelques pluches de cerfeuil (facultatif)
Commencez en préparant le riz.
Pelez puis hachez finement l'échalote. Faites chauffer à feu assez vif 20g de beurre dans le fond d'une casserole ou d'une cocotte et faites-y revenir l'échalote jusqu'à ce qu'elle devienne translucide. Ajoutez alors le riz et mélangez bien pendant une minute ou deux. Ajoutez le laurier et 70cl de bouillon, mélangez bien, couvrez, baissez le feu et faites cuire sans découvrir le temps indiqué sur l'emballage, soit une douzaine de minutes pour mon riz.
Cinq minutes avant la fin de cuisson du riz, ajoutez les châtaignes, mélangez, couvrez et laissez le riz finir de cuire. N'hésitez pas à ajouter un peu de bouillon s'il en manque en fin de cuisson.
Prélevez 4càs de riz et 4 châtaignes pour les roulés et préservez le reste au chaud jusqu'au moment de servir.
Ecrasez les 4 châtaignes et mélangez-les 4 càs de riz.
Etalez une escalope de dinde devant vous, prenez un quart de la roquette et déposez-la sur l'escalope au plus proche du bord devant vous, déposez ensuite un quart du mélange de riz et de châtaignes puis roulez l'escalope en serrant bien.
Emballez les roulés de dinde dans du papier alu en serrant la papillote aussi bien en enroulant qu'en fermant les côtés. Déposez vos papillotes sur une grille puis enfournez pendant 20 à 25 minutes dans un four préchauffé à 210°.
Sortez alors la grille du four, laissez refroidir pendant deux ou trois minutes puis déballez les papillotes, si vous les avez bien serré, les roulés vont tenir sans se défaire.
Faites chauffer les 20g de beurre restant et quand il commence à mousser déposez-y les roulés. Faites dorer les roulés de tous les côtés, à la sortie du four ils ressemblent à des parisiens arrivant à la plage et vont devoir prendre la belle couleur dorée de fin de vacances ! Attention dorer, ce n'est pas brûler !
Réservez les roulés au chaud, dans le four qui doit l'être encore dans un plat couvert de papier aluminium.
Versez les 10cl de bouillon restant dans la poêle, raclez bien puis ajoutez le fond de volaille et laissez réduire à feu moyen juste le temps que la sauce épaississe et couvre une cuillère.
Vous pouvez alors préparez vos assiettes, couvrez les de riz aux châtaignes, déposez dessus les roulés coupés en tranches et terminez en arrosant avec le jus préparé et en parsemant les pluches de cerfeuil.
Et voilà maintenant le menu très Brit'Food que j'avais réalisé l'année dernière et c'est toujours la même chose pour arriver sur les recettes il suffit de cliquer sur les photos…
Article sponsorisé 

Mais pourquoi, bon si je compte bien y manque plus que le dessert là… est-ce que je vous raconte ça…

Velouté de chou-fleur aux noix de St-Jacques pour commencer mon menu festif à moins de 6 euros par personne !

C'est devenu par chez moi et chez Pascale un rendez-vous récurrent, au point que certaines et certains d'entre vous m'en demandent des nouvelles, chaque année nous vous proposons donc un menu de fêtes à petit prix réalisé avec les produits Marque Repère. Et cette année une fois de plus ce menu est de retour, aujourd'hui !
Cette année le menu après calculs, comptages et recomptages  vous coûtera finalement moins de 6 euros par personne ! Et donc moins de 24 euros pour 4 personnes le menu composé d'une entrée, d'un plat et d'un dessert. Le menu entier va apparaitre le long de la journée.
Et logiquement voilà l'entrée pour commencer. Un velouté de chou-fleur tout en douceur agrémenté de quelques jolies coquilles, parfumé de curry et accompagné de petits croustillants feuilletés !
Velouté de chou-fleur aux noix de St-Jacques
Ingrédients : 800g de chou fleur surgelé – 200g de petites noix de St-Jacques surgelée décongelées – 25cl de lait – 25cl de bouillon de légumes ou de volaille - 10cl de crème liquide entière – 20g de beurre salé - 1 rouleau de pâte feuilleté – 1 jaune d'œuf - quelques pincées de curry – 1càs de sésame doré – sel et poivre

Portez une casserole d'eau à ébullition, versez-y le chou-fleur et laissez-le pendant 3 minutes.
Egouttez le chou-fleur puis remettez-le dans une casserole. Ajoutez le bouillon et lait, ajoutez éventuellement un peu d'eau pour couvrir à hauteur. Salez et faites cuire le chou- fleur jusqu'à ce qu'il soit bien cuit, comptez une dizaine de minutes.
Egouttez alors le chou-fleur, réservez le bouillon de cuisson, remettez-le dans la casserole, ajoutez la crème et mixez le tout. Ajoutez éventuellement un peu de bouillon de cuisson pour atteindre la consistance que vous souhaiterez, je n'en ai pas eu besoin de mon côté mais j'aime quand c'est limite purée…
Etalez le rouleau de pâte feuilleté devant vous puis coupez-le en bandes d'environ 1cm de largeur et mettez les bandes sur une plaque couverte de papier sulfurisé. La moitié du rouleau suffit pour 4 personnes mais ça serait dommage de gâcher ! Faites toute la pâte.
Badigeonnez-la alors au pinceau avec le jaune d'œuf légèrement détendu (j'adore m'étaler des jaunes d'œufs détendus ça donne de la zénitude à la cuisine… hu! en anglais ça va donner ça…), parsemez le sésame doré et enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une dizaine de minutes en surveillant la cuisson.
Faites chauffer le beurre dans une poêle à feu assez vif et quand il commence à mousser posez-y les coquilles St-Jacques. Faites les cuire d'un côté puis d'un autre, n'insistez pas sinon elles vont devenir caoutchouteuses.
Préparez alors les veloutés, versez le chou-fleur dans des bols, déposez les coquilles dessus, salez et poivrez, parsemez de curry en poudre et terminez en déposant un croustillant ou deux sur le bol et mangez sans attendre.
Pour vous donner d'autres idées j'en profite pour vous re-proposer les menus des années précédentes toujours à petit prix. Pour retrouver les recettes il vous suffit de cliquer sur les photos…
Et voici pour commencer le menu réconfortant de Noël que je vous ai proposé il y a tout juste deux ans.
Article sponsorisé

Mais pourquoi, bon et après l'entrée qu'est-ce qu'on va se préparer comme plat… est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 12 décembre 2014

Le vendredi c'est retour vers le futur… Cakochocolat aux cerises ! parce que j'ai le cake qui me reprend !

Y'a pas à dire j'ai un peloton d'idées qui tournent en boucle dans la tête ! Certaines tournent souvent, régulièrement, des vraies spécialistes du contre la montre, faire des boulettes, trouver enfin le riz cantonnais de mes rêves ou l'ultime One Pan Pasta… ceux-là et une tripotée d'autres tournent toujours quelque part dans mon esprit à pédaler, pédaler, pédaler… 
Et puis à côté j'ai des baroudeurs, ceux qui d'un coup de pédale furieux arrivent sur l'avant du peloton, s'envolent loin loin… avant de disparaitre dans le peloton sans que j'en n'entende plus jamais parler pendant de longues étapes.
Et ce matin en cherchant ma recette du jour celle que je vais remettre à la lumière, en tombant sur le titre de l'article de celle-ci " A la recherche du cake perdu " je me suis claqué la cuisse en criant bon sang mais c'est bien sûr ! Le cake perdu je ne l'ai pas encore retrouvé ! Un baroudeur venait de partir du peloton de mes idées fixes sans savoir pendant combien de temps il resterait en tête !
Cakochocolat aux cerises !
Ingrédients : 200g de farine – 60g de poudre d'amande – 1càc de levure chimique - 3 œufs – 200g de beurre – 120g de sucre glace – 90g de cerises confites – 60g de confiture de cerises  – 150g de chocolat noir haché – du chocolat et des cerises confites pour décorer
Mélangez dans un saladier la farine, la poudre d'amande et la levure chimique.
Coupez les cerises confites en deux et ajoutez-les dans le saladier, mélangez bien, puis réservez-les à part.
Battez dans un autre saladier, le beurre et le sucre glace. Ajoutez les œufs un par un. Ajoutez la confiture.
Ajoutez la farine et mélangez le tout rapidement.
Ajoutez délicatement le chocolat noir haché et les cerises confites passées dans la farine.
Versez la pâte dans un  moule beurré et fariné.
Enfournez à 180° environ 50 minutes.
Quand le cake est cuit, laissez-le tiédir, puis démoulez-le.
Faites fondre un peu de chocolat.
Versez-le sur le cake et posez dessus des demi-cerises confites.
Chocolate cake with candied cherries!
Ingredients: 200g flour - 60g ground almonds - 1 tsp baking powder - 3 eggs - 200g butter - 120g icing sugar - 90g candied cherries - 60g cherry jam - 150g dark chocolate, chopped – dark chocolate and candied cherries to garnish
In a large bowl, mix the flour with the ground almonds and baking powder.
Cut candied cherries in half and add them to the bowl. Mix well and set the cherries aside. 
In another bowl beat the butter and icing sugar. Add the eggs one by one and then, the jam.
Add the flour and quickly mix.
Fold in the chopped chocolate and cherries coated with the flour mix.
Pour the batter into a tin brushed with butter and dusted with flour. Bake at 180°C/350°F for about 50 minutes.
When the cake is done, let it warm down before taking it out of the mould.
Melt a little chocolate, pour it over the cake and stick half candied cherries in it.

Mais pourquoi, c'est curieux cette affection pour la métaphore vélocipédique moi qui ne regarde presque jamais le tour… presque… est-ce que je vous raconte ça…